Que nous apprend le PIB ?

La richesse économique de tout pays se mesure chaque année avec l’indicateur PIB, cet indicateur ne reflète en aucun cas le patrimoine culturel, immobilier, industriel, technologique au autres.
En effet, ces patrimoines sont à mesurer après plusieurs années alors que le PIB est censé calculer la richesse d’un pays annuellement qui introduit la production des constructions, des matériels et outillages et également les œuvres d’art.
PIB est l’abréviation de « produit intérieur brut » mais de point de vue économique, ce terme n’est pas assez clair et précis même en analysant chaque terme.
« Produit » résultant de toute action de production, on parle d’un produit « intérieur » de fait que ce produit a été conçu par la totalité des personnes et entreprises résidentes au même pays ceci dit que les produits des filiales basées à l’étranger ne sont pas comptés dans le PIB contrairement aux produits des filiales des entreprises étrangères localisées à l’intérieur de pays. Si on veut compter les produits des filiales basées à l’étranger et éliminer les produits des entreprises étrangères basées au pays, on parle alors de produit national brut (PNB) qui est rarement adopté en économie à nos jours.
Continuons avec le troisième terme à savoir « brute », un terme qui demeure très ambigue puisque tout processus de production est basé sur l’usage de matériel et outillage qui s’amortit selon des annuités précises chaque année. Or, la vraie richesse créée doit exclure l’amortissement et de ce fait, il faut calculer le « produit national net » mais il est rarement utilisé.
De ce fait, les comptables de l’INSEE en France calculent l’amortissement total de France chaque année, estimé à 300 millions d’euros (cet amortissement est la différence entre le produit intérieur brut et le produit intérieur net).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *