La théorie de l’économie de l’offre

La définition de l’économie de l’offre :

La théorie de l’économie de l’offre contredit la pensée économie qui évoque que la croissance de l’offre est en étroite relation avec l’augmentation de la demande qui lui associée.
Vers la fin de 1970, Robert Mundell et Arthur Laffer (2 économistes) et également le journaliste conservateur Jud Wanniski ont recommandé de se retourner au modèle économique qui se base sur l’offre et la demande.
Une telle suggestion est justifiée par la baisse d’impôt qui permet de mettre en marche la croissance en soutenant davantage l’investissement (la réduction des impôts encouragera les actionnaires à se lancer dans de nouveaux investissements).
De même pour les employés qui seront davantage motivés à exécuter les taches qui leur sont confiées puisque la taxe payée de leur part est minimale. D’après ces deux économistes et ce journaliste, il est possible de croitre le rythme de production chez les ouvriers par le biais de la baisse des impôts.
En guise de conclusion, la totalité de l’argent non pris par les directions d’impôts sera réutilisé dans l’économie. On parle alors d’une pensée d’ordre libéral qui a été lancé en même temps que le mandat de Ronald Reagan aux Etats Unis ce qui lui a permit d’être soutenue par les républicains de cette époque.

L’économie de l’offre a reçu des critiques :

Théoriquement, la pensée de l’économie de l’offre a été bien saluée mais au cours de sa mise en vigueur, les résultats n’étaient pas au bon rendez vous espéré. En effet, l’époque de la présidence de Reagan a reconnu des déficits flambants de plus elle a engendré les inégalités sociales en surestimant les parties riches du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *